2016-2017

Compte rendu du vendredi 12 mai (9h00 à 18h00)

par Adeline Sanchez

Journée d’études
Formes d’écritures des savoirs

Cette journée d’études a été élaborée dans le cadre de l’atelier des doctorants en stylistique, Styl’lab, en collaboration avec l’atelier des doctorants en linguistique ALIS et celui de langue française médiévale Reverdie. Cette collaboration va permettre la publication des actes de la journée dans la revue numérique de l’atelier des linguistes ELIS (Échanges Linguistiques en Sorbonne). Cette journée a également été soutenue par l’équipe d’accueil 4509 : « Sens, texte, informatique, histoire » de Paris IV.

Nous nous sommes intéressés à la question de l’écriture des savoirs sous toutes ses formes en souhaitant privilégier une multiplicité des approches. La journée, et la séance préliminaire qui l’a précédé, a abordée ces questions par une diachronie large, du XIIIe au XIXe siècle, avec une volonté de pluridisciplinarité, puisque nous avons pu entendre des intervenants venant d’histoire, de philosophie, de linguistique, de stylistique et de littérature.

La journée d’études s’est ouverte sur le XIXe siècle, par Thomas Augais et Julien Knebush sur la « Connaissance scientifique et l’écriture littéraire dans le dialogue chirurgical entre Henri Mondor (1885-1962) et René Leriche (1879-1955). ». Ont suivi les interventions de Charlotte Girout sur les commentaires de la Sphère de Sacrobosco au XVIe siècle ; une étude des verbes simples et pronominaux chez les Remarqueurs du XVIIe siècle par Oleg Averyanov ; une présentation du Traité sur la connaissance de Dieu et de soi-même de Bossuet par Jean Trouchaud. Nous avons eu trois interventions sur la poésie : la première, étant une analyse des manifestations de l’expérience dans l’écriture de la poésie du romantisme émergent, à partir d’un corpus de textes anglais par Florence Schnebelen ; la seconde, une présentation des théories sur la poésie scientifique dans la seconde moitié du XIXe siècle par Isabel Rio Novo ; et la troisième d’Emma Ayasse sur les tensions entre sciences et poésie dans l’œuvre de Catherine Pozzi. Nous sommes alors revenus au XVe siècle par une présentation sur la transmission des traductions françaises du Lilium medicine de Bernard de Gordon, et nous avons achevé la journée sur deux communications concernant le XXe et le XXIe siècles, sur la difficulté de fixer et de conserver les savoirs oraux : celle de Serge Pacome Alléby Mambo, qui s’est interrogé sur « Comment dire (écrire) les savoirs non-constitués ? » à partir d’une étude de l’œuvre Le feu des origines d’Emmanuel Dongala ; et celle de Bien Do BUI et Flore Picard, qui sont deux doctorantes de linguistique, la première travaillant sur l’amuzgo de Xochistlahuaca et la seconde sur le same, elles se sont donc intéressées à la question de : « L’écriture de grammaires des langues en danger. ».

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Compte rendu de la séance du vendredi 28 avril (17h30 à 19h30)

par Adeline Sanchez

Préliminaires à la journée d’études.

Introduction par Adeline Sanchez.

Cette séance de Styl’lab a été consacrée aux préliminaires à la journée d’études « Formes d’écritures des savoirs » qui aura le vendredi 12 mai prochain en Sorbonne. Cette journée d’études est financée par l’équipe d’accueil 4509 : « Sens, Texte, Informatique, Histoire » de Paris-Sorbonne, et est organisée en collaboration avec les ateliers de doctorants Reverdie, atelier de langue française médiévale et ALIS, atelier des linguistes, grâce auxquels nous pourrons réaliser la publication des actes, dans la revue Échanges Linguistiques en Sorbonne, ELIS, qui lui est associée. Le programme de la journée d’étude compte des communications allant du Moyen Age au XXIe siècle : notre volonté d’inclure une diachronie large à cette journée étant doublée d’une volonté de pluridisciplinarité des approches. Quelques jalons ont été posés avant cette séance sur le sujet « Formes d’écritures des savoirs », dont je ne rappellerai que la dernière, celle de Vanessa Oberliessen sur « Le genre du trialogue dans la kabbale chrétienne » au XVIe siècle. A l’occasion des préliminaires à cette journée, nous avons eu la chance d’entendre deux intervenants peu habitués de l’atelier : Yoan Boudes, doctorant de langue française de l’Université Paris-Sorbonne et Franck Baron, historien et philosophe en Master 2 à l’EHESS.

Intervention de Yoan Boudes :

« Ordre du livre et ordre du monde : organisation et désorganisation de la matière zoologique dans l’encyclopédisme médiéval. »

La mise en texte et en écrit des savoirs a pu se réaliser, au Moyen Âge, sous la forme d’un genre complexe, à la définition souvent mouvante et problématique : l’encyclopédie. Appellation anachronique utilisée pour désigner des ensembles textuels divers, l’encyclopédie va généralement unifier ses principes dans une perspective de totalité de savoirs, qu’un auteur va présenter à son lectorat sous la forme d’une compilation de textes faisant autorité. A cette ambition d’exhaustivité et de globalité, les textes encyclopédiques en ajoutent souvent une autre, celle de l’ordre. Ce dernier, qui peut prendre des formes diverses, s’y trouve cependant volontiers mis à mal, tant l’effort d’universalité met en tension sa réalisation et tant l’objet du discours est parfois réticent à se laisser hiérarchiser et systématiser.

Parfois pointés pour leur manque apparent d’organisation logique, les passages de ces œuvres qui concernent la faune (comme parfois les parties botaniques et minéralogiques) peuvent être un bon exemple pour évaluer les stratégies d’organisation et de maintien de l’ordre dans ces textes de savoirs par les auteurs. En cherchant à regarder de plus près les notices zoologiques, avec les problématiques épistémologiques et stylistiques qui leur sont propres, on tentera de décrire le fonctionnement de l’écriture scientifique de l’animal dans l’encyclopédisme médiéval. En cherchant à « dompter » une matière biologique dont il faut rendre compte, les auteurs en effet révèlent les ambitions organisatrices et systématisantes qui les animent, parfois considérées comme le préalable nécessaire à toute mise en texte d’un savoir et de sa vulgarisation. C’est cette tension entre écriture du réel animal, dans sa mouvance et sa polymorphie, et sa structuration littéraire et discursive que l’on essaiera alors d’étudier et de donner à voir. [Yoan Boudes]

Intervention de Franck Baron :

« Le Petit Poucet de Charles Perrault : « théorie des faux jugements », enthymème et relation d’information. »

Nous souhaiterions montrer la profonde cohérence de l’oeuvre de Charles Perrault, à travers un exemple de mise en relation de sa production littéraire et « frivole », les Contes en prose (1697) avec le corpus « sérieux » et philosophique que constitue les quatre tomes du Parallèle des Anciens et des Modernes (1688-1696). Ainsi, nous mettrons en lumière un des aspects de l’écriture philosophique du conte perraultien, écriture obtenue par la naturalisation des opérations de l’esprit. Pour ce faire, nous nous proposons de partir d’une micro querelle sur le raisonnement des animaux, développée par Perrault au tome 4 du Parallèle et que nous avons qualifiée de « théorie des faux jugements ». Cette « théorie » servira de cadre d’analyse pour comprendre l’un des enjeux philosophiques que déploie le conte du Petit Poucet, par la restitution du processus cognitif ayant cours dans l’entendement : « les actions de l’esprit ».

Enfin, nous souhaiterions présenter et discuter une classe d’objet qui formerait le support logique et rhétorique de cette écriture : la relation d’information dont la fonction principale est la production d’énoncés qui ne se dégagent pas directement de la lecture, mais qui engage fortement le lecteur dans un parcours qui n’est plus interprétatif, mais analytique. Conformément aux thèses de Perrault, le sens des Contes ne se dégage pas d’une lecture philologique au raz des mots, mais par la reconfiguration holistique et l’analyse de l’ensemble des énoncés que portent le texte, le paratexte, l’intertexte et le metatexte des contes. Comme Perrault l’énonce dans l’Epitre à Mademoiselle qui ouvre le recueil : « si on examine bien ces Contes, […] ils renferment tous une Morale très sensée, et qui se découvre plus ou moins, selon le degré de pénétration de ceux qui les lisent ». [Franck Baron]

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Compte rendu de la séance du vendredi 24 mars (17h30 à 19h30)

par Adeline Sanchez

Intervention de Federico Morisot :

« La périphrase verbale dans la comédie classique. »

Depuis les Serments de Strasbourg, la langue française s’oriente vers deux perspectives linguistiques différentes : une partie qui demeure stable in permanentes comme l’emploi nominal des infinitifs « savir » et « podir » et une autre partie beaucoup plus changeante sur le plan sémantique et qui ne cesse d’évoluer in fluentes. Donc notre première réflexion tournera autour de la notion de périphrase (concept stylistique et qui glisse peu à peu dans le domaine syntaxique) et du terme infinitif qui seront abordées dans une perspective diachronique traçant l’évolution des termes depuis les premiers dictionnaires jusqu’à nos jours. Cette même réflexion impliquera aussi l’évocation de la notion de périphrase verbale chez les Grammairiens et les Rhétoriqueurs du siècle classique sans oublier le débat grammatical qui s’installe entre ceux qui emploient le verbe aller (avec perte de sens) suivi d’un infinitif et ceux qui partagent la théorie que cet usage est inacceptable tandis qu’il s’agit du sens même de l’emploi périphrastique. Une fois ces bases historiques posées comme point de départ, le débat évoquera les différentes définitions proposées par la grammaire moderne et mettra en lumière les écueils et les insuffisances des critères de reconnaissance et de son classement. Cela va permettre de conduire l’analyse vers de nouvelles perspectives d’études. En effet, le corpus classique de la scène de Molière offre un éventail beaucoup plus complexe sur la notion de périphrase verbale et que la grammaire traditionnelle a complètement négligée. L’analyse d’un ensemble de constructions choisis, nous permettront de réorienter le débat vers une notion syntaxique réellement complexe qui ne peut pas se borner seulement aux critères donnés par la tradition qui prennent racines à partir de la thèse bien solide de Georges Gouguenheim. Il s’agira d’ouvrir de nouvelles réflexions tout en empruntant des perspectives de lecture grammaticales et syntaxique novatrices. [Federico Morisot]

Intervention de Vanessa Oberliessen :

« Le genre du trialogue dans la kabbale chrétienne. »

Dans cet essai, je m’intéresse à quatre ouvrages classiques de la Cabbale chrétienne, sélectionnées en fonction de leur forme. Ils se présentent tous les quatre comme des entretiens avec trois interlocuteurs, des trialogues, ce qui justifie une approche littéraire, centrée non sur les idées défendues dans ces traités mais sur la façon dont ces idées sont présentées au public. En effet, la forme du trialogue s’avère particulièrement intéressante : genre profondément humaniste, il permet de mettre en scène des personnages cultivés dont chacun représente un aspect du débat ou une partie du savoir abordé. Ainsi, grâce à des personnages qui représentent la philosophie antique, le monde musulman, la Cabbale juive, et l’actualité du débat dans le monde chrétien, Johannes Reuchlin est en mesure de reproduire toute la dynamique de la translatio studii, grâce à laquelle le savoir secret de la Cabbale est parvenu d’Adam jusqu’aux hommes du présent. Des interlocuteurs exclusivement chrétiens chez Nicolas de Cues et Petro Galatino en revanche permettent de rendre hommage à des contemporains des auteurs, et de réunir, avec l’ouverture d’esprit un peu utopique qui est le propre de l’humanisme du début du XVIe siècle, de traiter les positions inconciliables de deux ennemis acharnés (Reuchlin et l’inquisiteur Hoogstraten) comme un enrichissement intellectuel. Ainsi, la forme du trialogue garantit une approche globale de ce savoir essentiel qu’est la spéculation cabalistique. [Vanessa Oberliessen]

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Compte rendu de la séance du vendredi 24 février (17h30 à 19h30)

par Adeline Sanchez

Intervention d’Oleg Averyanov :

« Études de Vladimir Propp sur le folklore : méthodes, hypothèses, découvertes. »

Surtout connu en France pour sa « morphologie » du conte, Vladimir Propp est auteur de plusieurs ouvrages centraux de la folkloristique. Notre aperçu sera donc consacré à la place de Propp dans l’histoire des sciences, mais traitera également de la variété du folklore russe et mondial, de ses racines présumées, et de sa plurivocité. [Oleg Averyanov]

Intervention d’Antoine Tholly:

« Quelques éléments pour une poétique des paramètres prosodiques »

Une première partie en deux volets introduit le bagage technique pour l’analyse de la voix. Le volet phonétique approfondit la logique des traits articulatoires (continuum consonnes-voyelles), en l’illustrant par les représentations visuelles (spectrogrammes) des propriétés acoustiques des phonèmes. Le volet prosodique présente les bases rythmiques du français puis quelques effets de modalisation (les attitudes mises en jeu par la mélodie, l’intensité, le tempo et la tension de voix). Le second temps de l’exposé conceptualise certains aspects du travail vocal des comédiens, en se basant sur un corpus de déclamation poétique. [Antoine Tholly]

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

La séance du 20 janvier 2017 a été annulée.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Compte rendu de la séance du vendredi 9 décembre (17h30 à 19h30)

par Adeline Sanchez

Intervention d’Oleg Averyanov :

« Penser la définition comme objet d’études métalexicographiques :
Gilles Petrequin et son étude du dictionnaire de Richelet »

En nous appuyant sur le travail de Gilles Petrequin, nous allons explorer l’histoire du concept de définition lexicographique, ainsi que sa typologie et les différentes approches de cette notion, qui étaient en vigueur bien avant l’emploi conscient du terme. Force est de constater que les traditions antique et médiévale, voire les études du XVIe et du début du XVIIe siècle, « n’ont pas véritablement considéré un dictionnaire comme un objet autonome, ayant comme seule fin de décrire la langue comme un système fermé sur soi-même ». Aussi allons-nous traiter du changement qui s’opère au XVIIe siècle vis-à-vis de la filiation séculaire avec la définition aristotélicienne, ainsi que de la découverte, faite par Petrequin, d’une sorte de mise en abyme du texte lexicographique à cette époque, se traduisant dans des emprunts cachés à des textes antérieurs. [Oleg Averyanov]

Intervention de Benoît Dufau :

« La syllepse »

A partir des recherches effectuées dans le cadre de sa thèse (« Corbière  » bout-à-bout et par à peu-près pour une poétique du (dis-) continu) et celles de l’atelier Rap qu’il anime à l’ENS (La Plume et le Bitume), Benoit Dufau nous présentera un exposé centré sur la « Syllepse ». [Adeline Sanchez]

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

La séance du 25 novembre 2016 a été annulée.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Compte rendu de la séance du vendredi 14 octobre (de 17h30 à 19h30)

par Erika Hernandez

Nous avons mis cette deuxième séance à profit pour discuter des moyens de dynamiser l’atelier (invitations d’intervenants, discussion autour du compte-rendu d’ouvrage, …). À partir de ces quelques pistes, nous avons établi le programme des séances de l’année. L’une d’entre elles sera consacrée à la synthèse et à la discussion à partir d’un ouvrage de référence en stylistique et/ou linguistique. Sur l’aimable proposition d’Adeline Sanchez, nous avons prévu une date supplémentaire pour une initiation à l’encodage. La fin de la séance a été nourrie par des réflexions sur notre journée d’études autour des « Formes d’écritures des savoirs ».

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Compte rendu de la séance du vendredi 30 Septembre (de 17h30 à 19h30)

par Adeline Sanchez

Intervention d’Érika Hernandez :

« Composite aiguë et autres pathologies :
quelques remarques sur les termes savants dans Épaisseurs et Vulturne de Léon-Paul Fargue. »

Porteur de l’héritage des esthétiques fin-de-siècle, L.-P. Fargue était un lexicomane : termes rares ou argotiques, archaïsmes, mais aussi termes savants, voire néologismes à l’allure de pathologies nouvelles ou de concepts issus de la physique quantique, sont égrenés au fil de ses poèmes. Les lexiques scientifique et technique ont tout particulièrement attiré notre attention : que disent-ils de l’imaginaire poétique et langagier de Fargue ? Leur présence, importante, au sein de ces deux recueils de poésie, est porteuse d’une tension entre l’ambiguïté du message poétique et la rigidité sémantique du terme spécialisé. Ces termes savants sont cependant tout autant l’occasion d’un retour à la source de l’étymologie et des joies enfantines de la découverte du monde, où le poète peut collectionner les mots comme il collectionnait les insectes. [Érika Hernandez]

Déroulement de la séance :

Après avoir envisagé les « Formes d’écritures des savoirs » dans une perspective médiévale, lors de notre dernière séance, nous avons inauguré cette année par une présentation d’Érika Hernandez sur Léon-Paul Fargue et les termes savants au sein des recueils Épaisseurs et Vulturne. Nous avons poursuivi par un point sur l’organisation des séances à venir, ainsi qu’un retour sur la communication à établir afin de faire connaître l’atelier, mais aussi de préparer la journée d’études à venir.