Synthèse d’article

Laurent Jenny
« Sur le style littéraire »1

Consulter l’article sur Persée

par Érika Hernandez

Dans cet article, Laurent Jenny défend la nécessité d’une stylistique autonome face aux sciences du discours, notamment la sémiotique de Goodman qui tend à dissoudre le style dans les propriétés générales du discours.

Pour J.-M. Schaeffer, « il y a stylistique à partir du moment où il y a possibilité de choix entre différents registres »2. Le style littéraire est alors compris comme un code du discours venant redoubler le code de la langue. Mais l’idée d’un paradigme synonymique et de variations stylistiques est inopérante concernant le discours littéraire où « la manière de dire est autant porteuse de sens que le dénoté » (150).

Choix ou invention stylistique ? La notion de choix présuppose « la disponibilité a priori des formes stylistiques entre lesquelles il ne resterait plus qu’à opérer des sélections et des combinaisons », conception du style qui convient à des âges très rhétoriques (celui par exemple de la roue de Virgile) ou « à des âges très « post-modernes » »3. De ce point de vue, l’innovation d’un trait de style ne pourrait être reconnue par une « stylistique de la langue », qui « le rejetterait en tant qu’idiosyncrasie non signifiante puisque ne résultant pas – encore – d’un choix « de langue ».

L. Jenny plaide donc pour une stylistique littéraire qui ne serait pas rabattue sur une stylistique de la langue. Un point est non-négociable : « […] le style littéraire est un lieu d’esthétisation et de sémantisation de singularités discursives. » Toutefois, Jenny réfute l’idée, soutenue par une doxa stylistique, que singularité égale individualité psychoaffective, écart, et fait textuel discontinu.

Il existe des singularités collectives, styles d’époque ou encore d’école, à caractère supra-individuel. La stylistique qu’il défend prend ainsi en compte la « dérive historique des langues ». La singularité qui marque cette historicité, peut résulter dans la parole aussi bien d’une application que d’un changement des règles (Chomsky), l’usage initiant la différenciation et celle-ci enrichissant les compétences linguistiques.

L. Jenny refuse de reconduire l’opposition norme/écart par ailleurs remise en cause par de nombreux chercheurs depuis4. Il caractérise le style au contraire par un mouvement d’autoréférence, sans l’enfermer cependant dans un autotélisme jakobsonien puisqu’elle « prend des valeurs sémantiques originales dans le contexte de l’œuvre » tout en fonctionnant « comme une révélation historique des propriétés du medium discursif. »

Puisqu’elle est pleinement engagée dans le fonctionnement symbolique de l’œuvre, la singularité stylistique doit être appréhendée à travers des relations et des convergences. Jenny bat en brèche l’idée d’une stylistique d’analyse de texte (pratiquée pour les concours) et défend la spécificité d’une stylistique littéraire qui prenne en compte les faits de style en tant qu’ils sont organisés en une « forme globale significative ».

L. Jenny lance quelques pistes plus spécifiquement méthodologiques pour la discrimination des faits de style, en reprenant le concept goodmanien d’exemplification. Leur prise en compte se fera en fonction de « types de style », de leur systématisation, de l’entrave qu’ils constituent ou non à l’accès au dénoté, ainsi qu’en fonction de l’échelle à partir de laquelle ils sont considérés (poème, œuvre, école littéraire…).

Aussi les traits de styles intentionnels, les plus saillants, c’est-à-dire qui ressortissent pleinement de la « volonté globale de « faire œuvre » », guideront-ils la lecture stylistique qui s’appuiera largement sur les outils fournis par les sciences du discours, mais se gardera d’être une stylistique de la langue (Schaeffer) qui « traite la littérature en tant que « discours littéraire » » tandis que la stylistique littéraire a pour objet « un style singulier en tant qu’il est modélisé dans le champ d’une « œuvre » » au sens large.

Référence : Jenny Laurent, « Sur le style littéraire », Littérature, n°108, 1997, pp. 92-101.

[1] « Sur le style littéraire », in Vous avez dit style d’auteur ?, M. Dereu (dir), P.U. de Nancy, coll. « L’esprit des mots », 2000.
[2] J.-M. Schaeffer, « La stylistique littéraire et son objet », Littérature n°105, mars 1997, p. 15
[3] « … où, l’histoire des formes étant considérée comme close, la littérature n’a plus pour ressource que de combiner à sa guise des styles déjà advenus » selon Jenny. Cette affirmation mériterait sans doute d’être confrontée aux œuvres de l’extrême contemporain.
[4] Notamment J. Gardes-Tamine, Pour une nouvelle théorie des figures, Paris, PUF, 2011.