Séances 2017-2018 – Reverdie

En 2018, l’atelier Reverdie a organisé un colloque en collaboration avec ALiS et Styl’lab, pour lequel toutes les informations se trouvent sur ce site.

La séance préliminaire de Reverdie au colloque Place et conscience du latin en français du Moyen Âge à nos jours a eu lieu le vendredi 25 Mai, de 10h à 12h, à la Maison de la recherche, rue Serpente, salle D223.

Élodie Pinel
(Université Paris-Est Nanterre)

Les femmes pieuses entre latin et français (XIIIe-XIVe siècles).

Le champ des œuvres spirituelles est partagé entre deux langues : le latin d’une part, par lequel ces textes se rattachent à la théologie universitaire ou monastique ; la langue vernaculaire d’autre part, ce en quoi ils touchent plus volontiers aux écrits fictionnels et lyriques de leur temps. Actrices majeures de la spiritualité de leur temps, les béguines et les femmes pieuses vivant en recluses ou en tant que prédicatrices itinérantes se sont parfois faites auteurs. Elles ont alors utilisé la langue vernaculaire et ont renouvelé l’expression des idées fortes de la pensée pastorale et monastique de leur temps par l’emploi de termes et d’une syntaxe inédites dans un tel usage .

Que reste-t-il, toutefois, de la marque du latin dans ces écrits de femmes pieuses, dans leur style et la construction d’ensemble de leur ouvrage ? Souvent dictés à des secrétaires masculins, moines ou clercs séculiers, ces textes peuvent porter des traces de latinité, dont il convient de se demander d’où elles viennent, et que l’on attribue la plupart du temps à cette intervention de l’Église. Par ailleurs, on présente bien souvent ce choix de la langue vernaculaire comme un choix par défaut de la part de femmes incultes en latin. Mais qu’en est-il véritablement du rapport au latin et à la langue vernaculaire des femmes pieuses dans leur ensemble, pour les XIIIe et XIVe siècles, au moment de composer ou de dicter un texte ? Quelles catégories retenir pour penser ces relations : leur statut de moniales ou de laïques ou bien également leur origine sociale ? Faut-il envisager d’autres critères pour rendre compte de la complexité de ces compétences et cultures linguistiques ?

A travers cette présentation de quelques orientations de notre recherche de doctorat, nous souhaiterions mettre à l’épreuve certains préjugés sur le rapport entre les femmes auteurs et le latin afin de penser au plus juste la complexité de ce dialogue linguistique et culturel et de déterminer la validité de catégories plaquées depuis des décennies – voire des siècles – sur un Moyen Âge peut-être moins misogyne que nous.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Théo Millot
(Sorbonne Université)

Latin facultatif et humanisme en déshérence.
La réforme de l’enseignement secondaire de 1902
comme « coupure » culturelle dans les écrits.

L’année 1902 constitue une année cruciale, bien que parfois mal connue, dans le processus de modernisation de l’enseignement en France. Une réforme de l’enseignement secondaire entre en vigueur cette année-là après la publication de deux décrets au Journal Officiel de la République Française (décrets du 31 mai 1902 et du 22 juillet 1902). D’une part, ces décrets entérinent la création de deux filières de premier cycle (avec ou sans langues anciennes) et de quatre filières de second cycle : Latin-Grec (A), Latin-Langues (B), Latin-Sciences (C), Sciences-Langues (D). D’autre part, ces décrets confirment l’égalité de sanction du baccalauréat obtenu à l’issue de chacune de ces quatre filières. C’est autour de cette égalité de sanction que se cristallise la controverse opposant défenseurs et contempteurs des langues anciennes. En effet la filière Sciences-Langues (D) offre à tout élève non-latiniste la possibilité d’intégrer les facultés de droit, de lettres et de médecine, dont les portes lui restaient fermées auparavant. Supprimant cette barrière à l’entrée que constitue la méconnaissance du latin, notamment pour exercer une profession libérale comme avocat ou médecin, la réforme de 1902 a bien souvent été perçue comme un coup porté à l’enseignement des langues anciennes, et par voie de conséquence, à la transmission de l’héritage antique. A une trentaine d’années de distance, le critique littéraire Albert Thibaudet observe ainsi l’année 1902 comme un tournant et un marqueur générationnel : « Il faut retenir cette coupure, affirme-t-il. Les réformes de 1902 ont mis fin à une tradition trois fois séculaire, celle de la primauté de l’humanisme. » Plus précisément, la réforme de 1902, prenant acte de l’importance croissante des sciences, et de l’intérêt d’enseigner autrement les langues vivantes, propose aux élèves de deuxième cycle trois filières sans grec obligatoire, et une filière qui ne comporte aucun enseignement dans le champ des langues anciennes. Dès lors, les langues anciennes cessent de constituer une connaissance partagée par toutes les élites cultivées qui auparavant accédaient à l’enseignement supérieur après avoir suivi l’enseignement dit classique. Les modalités d’accès aux textes anciens varient désormais beaucoup d’un individu à un autre, suivant le parcours suivi, et la filière retenue. Mais cette réforme induit aussi à moyen terme une modification du lectorat traditionnel de certains types d’écrits faisant simplement référence aux textes anciens. La réforme de 1902, tout en répondant à un besoin d’adaptation et de démocratisation de l’enseignement secondaire français, entraîne des changements profonds dans les pratiques culturelles. Albert Thibaudet devient l’observateur régulier de ces changements. Et tout en s’en inquiétant, le critique réorganise certaines de ses publications à la lueur de cette mutation. Nous verrons ainsi que l’évolution des pratiques culturelles ne va pas sans une évolution des pratiques éditoriales destinées à préserver ‘l’immortalité’ d’une partie du patrimoine considéré comme important et comme méritant l’attention.

Atelier des doctorants en langue française de Sorbonne Université