Séances 2018-2019

Séance du vendredi 23 février 2018

Joséphine Gardon
L’ordre du discours et l’ordre social
dans la Clélie de Madeleine de Scudéry.

Ce roman, considéré comme le plus précieux entre tous -de lui est tiré la fameuse Carte de Tendre- est avant tout le récit de la chute de la tyrannie des Tarquin et de l’avènement de la république à Rome. En un temps de recomposition des normes sociales et politiques, alors que s’achève la Fronde et que le jeune Louis XIV pose les fondements de la monarchie absolue, le choix d’un tel sujet ne peut que questionner. Il s’agira lors de mon intervention de m’intéresser plus particulièrement à l’expression stylistique de ces bouleversements organisationnels, et ce autour de deux supports : les discours rhétoriques et les conversations. Ces deux modes d’interlocution semblent en effet en apparence tout à fait opposés (l’un étant la production d’un locuteur, l’autre d’une multiplicité d’interlocuteurs, l’un public, l’autre privé, l’un épique, l’autre galant). Pourtant, ses deux formes questionnent l’ordre établi, le décomposent…pour mieux le recomposer.

Taylor Smith
La correction des créolismes dans Kréyòl fanm chategn (S. Telchid):
quels enjeux sociolinguistiques pour les manuels scolaires créoles ?

Les créoles à base lexicale française, ayant subi un long processus de grammatisation et de légitimation en tant que langues, ne sont plus vus comme des patois ou du « français corrompu ». De ce fait, les élèves français ont, depuis 2002, l’option de suivre des cours de créole à l’école en tant que langue régionale. Cette progression a donné lieu, dans les dix dernières années, à des manuels scolaires créoles, destinés, pour la plupart, aux élèves qui sont déjà créolophones. Pourtant, même dans ces manuels, nombreuses sont les questions qui se posent autour de la distinction entre le français, le créole et le français régional antillais et la présentation et enseignement de ces langues en cohabitation. Notre corpus est celui de Kréyòl fanm chategn de Sylviane Telchild (2003) ; plus précisément, un exercice qui contient vingt phrases de « français régional guadeloupéen » que les élèves doivent « corriger » en français standard en ensuite traduire en créole. Cet exercice s’explique par le fait que malgré le nombre et la diversité des francophones dans le monde, le mythe d’un français standard de France persiste, une norme qui est surtout fondée sur l’écrit et qui rend les français régionaux anormaux ou fautifs. Notre communication se propose de montrer que cet exercice constitue un terrain d’enquête idéal pour l’analyse de ces créolismes présentés comme des fautes et leurs effets éventuels sur les élèves et leur regard sur leur identité. On s’appuiera surtout sur les travaux de Lambert-Félix Prudent sur l’interlecte créole-français en matière de macro-système langagier qui répond au besoin d’un moyen terme entre le français – une langue qui, malgré son statut de prestige est souvent privilégiée dans les échanges dans la vie quotidienne, et le créole – une langue identitaire qui ponctue les discours les plus brefs mais qui est rarement tenue pendant de longs échanges.

*

Séance du vendredi 5 octobre 2018

Pour cette première séance de l’année, la fusion des ateliers ALiS, Reverdie et Styl’lab a été décidée. L’organisation des séances ainsi que les manifestations scientifiques de l’année ont été abordées.

*

Séance du vendredi 16 novembre 2018

Lors de cette séance consacrée à la méthodologie, Lise Charles et Adrienne Petit, docteures, sont intervenues pour présenter leurs thèses et aborder des questions de méthodes avec les participants de l’atelier. Adrienne Petit a expliqué ses choix entre approche rhétorique et approche narratologique dans le cadre de sa thèse sur le discours romanesque des passions dans les romans du XVIIe siècle. Lise Charles a présenté divers outils méthodologiques utilisés pendant sa thèse sur l’usage de la prolepse. La discussion avec les deux intervenantes a permis d’aborder plusieurs problématiques : l’utilisation ou non de logiciels (LaTeX ou Zotero), la rédaction, la question du détachement, la qualification au CNU après la thèse, ou encore l’importance d’exercer des missions d’enseignement pendant la thèse.

*

Séance du vendredi 8 février 2019

La séance portait sur la notion de pureté de la langue. Les échanges entre doctorants ont permis de discuter du sujet dans une perspective diachronique. Après des questionnements sur la traduction médiévale de verbo ad verbum ou de senso ad sensum, le rôle du latin de Cicéron au XVIe comme latin le plus pur et l’opposition entre latin comme langue vivante et latin comme langue morte ont été abordés. La Querelle des Belles Infidèles du XVIIe a également été présentée, autour de la question de la traduction de la lettre ou du sens. Le travail de Pauline Dubois-Dahl sur le lexique de la traduction a été présenté : elle y explique que ce lexique est à voir comme un lexique matrimonial, notamment autour des notions de fidélité et d’infidélité. La question de la langue des grammaires a ensuite été discutée : en quoi et pourquoi la langue classique est-elle considérée comme langue de référence ? Enfin, divers échanges ont été menés sur les rapports entre pureté et culture dans la traduction, ainsi que sur les étapes qui ont historiquement modifié la perception de cette notion linguistique de pureté, comme la Révolution française qui apporte une considération du français comme langue du peuple, comme l’objet de tous, entraînant une adaptation de la langue sur la base du parler populaire.

*

Séance du vendredi 15 mars 2019

Séance au cours de laquelle les doctorants ont présenté divers outils ou ouvrages méthodologiques.

*

Séance du vendredi 5 avril 2019

Séance consacrée à l’informatique grâce à la présentation du langage informatique Python et de ses utilisations possibles dans le domaine des sciences humaines.

Atelier des doctorants en langue française de Sorbonne Université