Année en cours

Séance du vendredi 11 octobre 2019

Joséphine Gardon inaugure cette séance de rentrée par une présentation de l’atelier, de ses objectifs, du programme annuel ainsi que des évènements à venir. Suite à cette présentation, un tour de table permet à chaque personne présente d’indiquer son sujet d’étude.

Des questions techniques sont ensuite discutées. Tout d’abord, la demande par des professeurs de l’université de l’éventuelle mise en place d’un système de tutelle des nouveaux étudiants de master par les doctorants. Ensuite, la question des inscriptions administratives et des diverses difficultés rencontrées. Enfin, le sujet des formations : P.I.F, journées de formations pour l’ESPE et validation du stage d’agrégation/de CAPES.

Sylvie Jouet présente le séminaire des doctorants d’Olivier Soutet : ce séminaire permet aux doctorants de venir présenter leur sujet et d’obtenir un retour d’Olivier Soutet et des autres doctorants présents. Il est possible de venir ponctuellement au séminaire, qui a lieu le jeudi de 18h à 20h dans la Bibliothèque de l’UFR de Langue Française. Le programme des séances est annoncé.

Vincent Berthelier fait une présentation de Zotero et des avantages que cet outil offre dans la gestion de la bibliographie lors de la thèse. Il explique les différentes étapes permettant d’installer Zotero (depuis le site de zotero : installer le logiciel, ainsi que l’extension sur le navigateur et dans le logiciel de traitement de texte). Il montre comment insérer des citations bibliographiques dans un document, et comment générer facilement une bibliographie. Il explique l’utilisation de quelques balises utiles pour la mise en forme typographique des références (balise sc pour les petites majuscules, sup pour les exposants, it pour les italiques).
Voir l’onglet liens et ressources pour télécharger la feuille de style de l’ENS de Lyon, qui correspond aux normes utilisées dans les travaux de recherche à la Sorbonne. En cherchant « CSL Visual editor », on peut modifier ses feuilles de style en ligne.

Lucie Viénot présente quelques applications utiles pour la productivité. OneNote permet une utilisation sur ordinateur et sur téléphone avec synchronisation de ces supports, une sauvegarde dans le cloud qui permet d’éviter les aléas des supports physiques, une organisation et une segmentation de ses différents projets, ainsi que la possibilité de scanner facilement des documents papiers et d’exporter ses notes en format PDF. L’application Forest est utile pour qui veut échapper à une utilisation chronophage de son smartphone, tout en permettant un suivi des heures réelles de travail abattu pour sa thèse. De nombreuses applications fonctionnant sur la méthode Pomodoro permettent également ce suivi. Lucie conseille également la lecture de Comment écrire sa thèse d’Umberto Eco.

*

Séance du vendredi 13 décembre 2019

Séance libre, pendant laquelle les participants ont notamment eu l’occasion, à leur demande, de préparer une participation à la journée des doctorants du GEHLF du 10 janvier 2020.

*

Séance du vendredi 7 février 2020

Séance consacrée à l’organisation des évènements de la thèse.

Alice de Charentenay présente l’organisation de sa soutenance de thèse et de son pot de thèse, et donne de nombreux conseils à ce propos. Elle rappelle l’importance de planifier l’ensemble très vite après le dépôt de thèse, afin de pouvoir aborder la soutenance sereinement sans s’inquiéter de la logistique le jour venu. Elle conseille de préparer immédiatement la réservation du lieu pour le pot (soit auprès de la Sorbonne, qui fournit parfois des salles, soit auprès d’un organisme privé – bar, restaurant…) ; la logistique de la nourriture pour le pot ; les invitations à la soutenance de thèse (universitaires et non-universitaires). Ainsi, lorsque le pré-rapport de thèse est envoyé par le jury un mois avant la soutenance, ce temps peut être utilisé à une préparation intellectuelle (écriture du discours de soutenance, dans lequel on raconte son parcours universitaire et l’histoire de son travail, sans résumer sa thèse qui est connue du jury ; préparation des réponses aux questions du pré-rapport ; préparation de fiches mémo pour ne pas craindre d’oublier une date ou un concept important le jour venu à cause du stress…). Alice a également donné de nombreux conseils ponctuels, comme le fait d’aller assister à des soutenances pour se préparer à la sienne, le fait de penser sa tenue vestimentaire et son attitude le jour de la soutenance et du pot de thèse, l’idée d’enregistrer la soutenance pour ne pas avoir à noter frénétiquement les remarques du jury… Elle rappelle enfin, à tous les doctorants qui s’apprêteraient à soutenir, que si nous sommes autorisés à le faire c’est que nous allons être docteurs : nul n’est recalé à l’issue de sa soutenance ! Alice est disponible par mail (alice.de.charentenay@gmail.com) pour des questions. Elle a écrit un guide pour les non-universitaires qui seraient amenés à assister à une soutenance de thèse, que vous pouvez télécharger ici. L’atelier la remercie de sa participation et de mettre ce document à disposition des doctorants.

Vincent Berthelier explique l’organisation d’un colloque ou d’une journée d’études. Il en décrit les différentes étapes. Tout d’abord, le fait de fixer la date pour pouvoir l’annoncer dès l’appel à communication, et de très vite réserver une salle pour une journée entière. Ensuite, il décrit le contenu de l’appel à communication : il explique l’importance d’y indiquer une bibliographie, les axes sur lesquels peuvent porter les interventions (donner des points précis), les modalités de soumission de propositions (l’adresse mail, la date butoir, le nombre de signes demandés, le temps de l’intervention). Pour un colloque en juin, prévoir un appel en février et une date butoir mi-mars par exemple. L’appel envoyé, il rappelle l’importance de répondre à toutes les propositions reçues. Une fois la sélection opérée, si certaines propositions ne sont pas retenues, il convient de refuser poliment, et d’inviter la personne à venir malgré tout assister au colloque. Ensuite, il faut organiser la journée elle-même avec la répartition des interventions, en tenant compte des contraintes des différents participants. Concernant le financement, il convient de contacter l’ED pour une aide, afin de prévoir un budget pour les pauses et le repas, ainsi que pour d’éventuels billets de train permettant la venue de participants. Ne pas hésiter à faire parler de la journée ou du colloque grâce aux listes de diffusion ou via des sites comme Fabula ou Calenda. Le jour J, se répartir les tâches entre les différents organisateurs : chacun peut s’occuper d’un panel de participants, afin de les présenter lors de la journée et interagir ensuite avec eux si la journée donne lieu à une publication d’actes.

*

Séance du vendredi 6 mars 2020

Anecdote dans le discours, discours de l’anecdote

La séance est présidée par Lucie Viénot, qui propose une introduction au sujet par le compte-rendu de l’introduction de l’ouvrage L’anecdote entre littérature et histoire à l’époque moderne, dir. Geneviève Bouzinac, Camille Esmein-Sarrazin, Gaël Rideau et Gabrièle Ribémont, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2015. L’ouvrage est disponible en OpenEdition.

Les participants échangent ensuite sur la pertinence de ce thème au sein de leur sujet de recherche. L’usage et les modalités de l’anecdote sont présentés à propos de textes variés : dans un traité de chirurgie du XIVe siècle, dans les romans précieux du XVIIe, dans le dictionnaire de Pierre Larousse au XIXe siècle, dans la Mystification de Diderot (1768)…

Atelier des doctorants en langue française de Sorbonne Université