L’économie du web : Une nouvelle industrie

Télécharger le document

Vine, Youtube, Instagram, Snapchat :
autant de réseaux sociaux qui sont à l’origine du développement d’un nouveau marché.
Aujourd’hui ce secteur en pleine expansion offre de nouvelles perspectives dans le monde du travail !

En 2002, Linkedin modernise le marché du travail en s’adaptant au format 2.0. Les entreprises et les professionnels sont mis en relation via cette nouvelle plateforme d’accès à l’emploi. Avec le développement des smartphones, ce marché du travail s’est modernisé et a permis la création de nouvelles applications. Des plateformes telles que Heetch et Uber permettent à des conducteurs lambdas d’utiliser leur permis à des fins professionnelles. Les applications sont donc vecteurs de nouveaux métiers. Qu’en est-il des réseaux sociaux ? Contrairement à ce que l’on pourrait penser Youtube n’est pas le seul réseau social permettant de gagner sa vie. Les réseaux sociaux ont créés un secteur économique autonome et indépendant aux opportunités diverses. Cette économie est cependant fondée non pas sur la création de nouveau métier au sens propre du terme, mais sur un approfondissement des métiers déjà existant.

par Constance Tuset-Anrès, Sabrina Slimani, Yasmine Azougli et Eve Bessette.

RÉSEAUX SOCIAUX : QUELS USAGES POUR LE MARCHE DU TRAVAIL ?

Comment gagner un million de dollars grâce à des vidéos de six secondes ?
Un français, Jerôme Jarre, a réussi à lancer un business grâce au réseau social Vine.

Cette application consiste à partager son quotidien à ses followers. Le format court et novateur du réseau a suscité un véritable engouement chez les jeunes. Son talent lui a permis d’être enrôlé pour les MTV Musics Awards. Il devait partager l’évènement sur Vince pour un tarif de 25000 dollars par vidéo. Après avoir réunis pas moins de huit millions d’abonnés, participé au The Ellen De Generes Show, et avoir été recruté par Canal +, le jeune homme fonde l’agence GrapeStory. Cette start-up met en contact des artistes connus sur des réseaux sociaux avec des marques voulant commercialiser leurs produits. Sa notoriété sur Vine lui a permis d’avoir la popularité et l’argent nécessaires pour créer son entreprise. Tout est business chez Jérôme Jarre, même la gestion de son image. Il tisse le lien avec ses followers, parsemant son compte Twitter de messages positifs, devenant ainsi son propre <em<community manager.

Entre blogueuse mode, youtubeur comique et spécialiste du gaming,
Youtube est également un pionnier dans le développement des nouveaux métiers via les réseaux sociaux !

En guise d’exemple, Lucas Hauchard alias Squeezie qui, depuis 2011, fait des vidéos dites de gaming. Ses courts-métrages consistent à jouer en direct tout en commentant le jeu vidéo. Squeezie, lui, se focalise sur des vidéos Let’s play. Elles permettent à ses six millions d’abonnés de découvrir en même temps que lui un nouveau jeu.

Ce réseau a permis à des métiers créés sur le web (blogueur) de s’étendre. Il leur à donner un nouvel objectif : être diffusé dans le monde entier pour que leur profession soit reconnue. Sans Youtube, Squeezie ne se serait certainement pas fait connaître et n’aurait pas pu vivre de sa passion. Selon les Echos, il gagnerait jusqu’à 40 000 euros par mois ! De quoi acheter de nouveaux jeux pour divertir ses followers ! Parallèlement, il est indispensable d’évoquer le phénomène des fashions bloggers pour parler des métiers du web.

La fashion sphere s’est démultipliée avec l’apparition d’Instagram.

Ce réseau social fonctionne uniquement sur la publication de photos, avec, encore une fois, un système de followers. Les utilisateurs influents se décrivent d’abord comme des instagramers, ou influencers. Cette étape franchie, la création d’un blog est fréquente. Instagram a donc renversé un ordre établi: le blog devient une activité parallèle, développée après l’acquisition d’une certaine notoriété sur le réseau social. Cette inversion a considérablement multiplié le nombre de blogueurs. Paola Alberdi, Julie Sarinana, Brittany Xavier, Shaun Birley, Mathilde Margail, Claire Mondray: il y a maintenant autant de professionnels que d’amateurs. Ainsi, Instagram devient vecteur de nouvelles passions et vocations. Outre le fait qu’il permette de construire un public, le canal de partage offre d’autres opportunités. A partir d’un certain nombre de followers, le propriétaire du compte est contacté par des marques à la recherche d’un contenu marketing. Selon l’accord, l’influencer doit glisser l’objet en question sur une photo, en parler dans la légende, ou encore en faire un compte-rendu détaillé sur son blog. Nombreux sont les contenus rédigés contre rémunération. La relation de confiance et de sincérité entre un influencer et son abonné est cependant discutable : ce dernier n’est pas toujours informé du partenariat. Mais plus loin que cette question éthique, Instagram est un véritable exemple du développement de l’économie du web. Ainsi, les six Instagramers français les plus importants, comme VuTheara peuvent facturer entre 1 000 et 3 000 euros la journée de photos annonce EconomieMatin. Un prix impressionnant qui illustre bien la réalité du monde virtuel.

Quelques dates !
2007 : création du premier smartphone
2006 : création de Twitter
2010 : première version de l’application Instagram
2011 : apparition de la première version Snapchat
2013 : première version de l’application Vine

La virtualité est poussée à l’extrême notamment avec le développement d’un nouveau programme :
une téléréalité sur le réseau social Snapchat.

Cette innovation est du à Mark Abdelli, producteur qui s’est fait connaître sur le réseau en se filmant avec des anciens candidats de téléréalité. L’émission, « Les Lambdas débarquent » propose de suivre les aventures de six personnalités influentes, trois filles et trois garçons. Ces derniers sont envoyés aux Etats- Unis où ils voyageront de Chicago à Los-Angeles tout en filmant leur quotidien. La téléréalité est diffusée en 40 épisodes de 21 minutes chacun entièrement réalisés à partir de l’application. Le producteur a su saisir les nouvelles opportunités engendrées par le web. Les codes de la téléréalité sont en perpétuelle évolution : Une transmission qui devient instantanée et un support qui s’étend au web. Si ce concept innovant n’a pas créé un métier ; Mark Abdelli étant producteur, il illustre les immenses possibilités offertes par les réseaux sociaux.

Pour conclure…

Si les réseaux sociaux sont sources d’innovations, c’est qu’ils ne cessent de s’élargir : de Facebook à Vine, l’offre s’est adaptée à la demande. Les réseaux sociaux se démultiplient, toute opportunité est saisie et chaque public peut se tourner vers une application qui lui est propre. C’est notamment grâce à cette ampleur des réseaux sociaux que la sphère des métiers du web s’est considérablement ouverte. Vine, Youtube, Instagram, Snapchat dont des applications participatives de l’économie du web. Ces métiers ont été créé par le web et développer par les réseaux sociaux. Certains métiers sont cependant bien propres aux réseaux sociaux, comme les youtubeurs, qui peuvent générer des milliers de dollars. Bien évidemment, il est un métier complètement dépendant des réseaux sociaux. Le community manager gère le compte de l’entreprise qui l’emploie (supprime les spams, promeut la marque). Ce nouveau métier issu des réseaux sociaux suit pour sa part une logique normale, complètement éloigné du paradigme des « influencers ».

Atelier des doctorants en langue française de Sorbonne Université